Pardonner

Publié le 15 Février 2015

Pardonner

La notion de pardon est indissociable de celle du "faire mal".

Mais qu'est ce qui est mal?

Ce sont nos valeurs, notre éducation, les lois, les règles qui fixent les limites

Graves ou bénignes, volontaires ou non, en paroles, en actes, en pensées, ou par omission, les offenses qu'ont nous fait sont parfois réparables, parfois irréversibles, parfois avec des conséquences graves.

Pardonner est un acte volontaire,un cadeau offert à l'autre, une formidable ouverture pour se rapprocher.

Mais pardonner (pour de vrai) est un chemin, un peu comme le deuil. Je suis blessé, j'ai envie de riposter, je lui en veux ou pire je le hais, je n'oublierais jamais et puis peu à peu je m'apaise, je regarde ce qui c'est passé, je cherche à comprendre, je change de regard, je pardonne, j'active d'autres relations avec lui.

Ne pas pardonner amène des sentiments, des attitudes malsaines: l’ignorance, l'indifférence ou pire rendre au centuple avec haine

Mais peut t'on tout pardonner?

Les actes qui nous touche personnellement au plus profond et les événements qui concernent tout le monde comme les attentats terroristes ou les crimes insoutenables contre l'humanité?

Pardonner

Être pardonné

Et lorsque c'est moi le fautif, celui qui est rongé de remord, de culpabilité.

Lorsque c'est moi qui regrette et a besoin d’être pardonné.

Ce pardon qui une fois accordé me soulage, me libère, me donne la permission de passer à autre chose.

Oh, certes, le pardon ne transformera pas le mal en bien, n'effacera pas ce qui c'est passé et qui ne pourra plus ne pas avoir existé.

La réminiscence des mauvais faits referons surface de tant à autre pour rappeler qu'il ne faut pas recommencer.

Mais il est si important ce pardon, sans lui, la faute resterait active, me restreindrait à ce "mal fait",

Pardonner

Se pardonner à soi même, une offense réelle ou subjective. Se reprocher ad vitam æternam de ne pas avoir fait, dit...et tourner ça en boucle sans issue puisque l'unique protagoniste est soi. Puisque le seul qui se fait des reproches est soi.

Des décisions qui ont été prises dans des contextes précis avec les meilleures intentions du monde, par amour. Le résultat est parfois décalé et provoque incompréhension, regrets, rancune.

Alors faire la paix avec soi même, se pardonner est un réel acte d'humilité.

S'est accepter de ne pas tout maîtriser.

Vous pouvez lire cet article tout en écoutant cette musique apaisante

Rédigé par Véronique

Publié dans #Positive attitude

Repost 0
Commenter cet article

Yohann 16/02/2015 10:45

Oh que ce n'est pas simple !
Et tu as raison, Véro, de séparer le Pardon en ces 3 perceptions : celui que l'on accorde, celui que l'on reçoit, celui qu'on peut s'accorder !

Pour moi, seule la première perception est facile; pardonner, c'est renoncer à l'esprit de vengeance et je l'accorde facilement et rapidement.
En fait, pardonner aux autres, c'est s'accorder à soi-même la paix.

Le donner et de l'autre côté, ... le recevoir.
Je crois que la description que tu donnes de ce "cadeau" correspond à une belle notion de la prise de conscience du mal et de la volonté de se corriger.
Je ne suis pas convaincu que ce soit, hélas, la règle générale.

Quant à se Pardonner, oui, c'est se reconnaître imparfait et donc humilité, mais qui sommes-nous donc pour nous auto pardonner ?
Ça me parait si facile ...

Souricette 16/02/2015 00:30

Le pardon !!!!
Quel vaste est beau mot pour celui ou celle qui en connaisse le sens réel...
Pardonner c'est atteindre la paix en soi..
Et accepter le pardon c'est aussi comprendre l'erreur,
Il faut malgré tout savoir pardonner ce qui est pardonnable.
Le pardon a malgré tout des limites, je pense.