Sur les pas de Bernadette - 1 : Son enfance

Publié le 6 Août 2016

Sur les pas de Bernadette - 1 : Son enfance

Beaucoup d’entre nous ont reçu un jour, une médaille, une carte postale ou une fiole d’eau bénite en provenance de Lourdes.

Mais qui connait vraiment l’histoire de Bernadette Soubirous ?

Bernadette, François et Louise Soubirous
Bernadette, François et Louise Soubirous

Bernadette, François et Louise Soubirous

Lorsque qu’elle nait en 1844,  Lourdes est une bourgade tranquille de 4000 habitants lovée aux pieds de son château fort et protégée par les Pyrénées.  

Bernadette est la fille ainée d’un couple uni, Louise et François Soubirous. Ses parents sont meuniers à Boly, ils vivent avec les Castérot, la famille de Louise dans un moulin prospère.

Bernadette tête paisiblement le sein de sa mère, bercée par le bruit des meules et les effluves de farine.

Moulin Boly

Moulin Boly

Et puis voilà que les malheurs s’enchainent au moulin Boly. Louise est victime d’un accident, elle se brule la poitrine à une chandelle et ne peut plus nourrir Bernadette. Le bébé doit partir pour la bergerie de Bartrés où Marie Laguës devient sa nourrice.

Bernadette garde des liens proches avec son père qui vient souvent la visiter mais elle ne regagne son foyer que pour ses deux ans.

La famille Castérot quitte le moulin, François perd un œil en repiquant ses meules, le moulin est de plus en plus mal géré

Pour les 10 ans de Bernadette, il n’y a plus de sous dans l’escarcelle Soubirous et la famille quitte Boly pour un logement trés modeste.

François et Louise Soubirous ruinés, n’ont pas d’autres solutions pour survivre que de se louer à la journée pour de durs travaux. Les épreuves les accablent sans cesse, cinq de leurs enfants meurent en bas âge. Bernadette elle-même est de santé fragile, souffrant d’asthme et de problèmes intestinaux.

Lourdes milieu XIXème siècle
Lourdes milieu XIXème siècle

Lourdes milieu XIXème siècle

A la fin de l’année 1855, il y a vraiment trop de bouches à nourrir chez les Soubirous. Bernadette part comme petite servante au café de sa tante Castérot. Elle sera nourrie et logée, ce qui soulagera un peu ses parents.

Dans le contexte économique très difficile de cette moitié du XIX siècle, la dégringolade sociale se poursuit pour la famille de Bernadette. Les Soubirous chôment fréquemment, ils sont criblés de dettes et finissent par être jetés à la rue.  

Un cousin, André Sajous, les recueille par charité et les voici logés dans un local insalubre de 16m2 nommé "le cachot" en rapport avec son ancienne fonction.

Ils s’entassent à six dans la puanteur et l’humidité de cette pièce unique donnant sur une cour remplie de fumier. Ils n’ont plus que deux lits et quelques hardes. Ils sont plus pauvres que les plus pauvres, marginalisés, affamés, maladifs.  

Ils restent pourtant unis, riches d’amour et d’honnêteté malgré les accusations infondées de vol à l’encontre du père.

Le cachot
Le cachot

Le cachot

La famille vit comme on le dirait aujourd’hui, au-dessous du seuil de pauvreté et en septembre 1857, toujours dans le souci de soulager ses parents, Bernadette remonte à Bartrés. Elle devient bergère et petite bonne à tout faire chez son ancienne nounou.  

A 13 ans, elle est quasiment illettrée et sa nourrice ne tient pas sa promesse de la faire instruire et catéchiser.

Bernadette accepte sans regimber toute les tâches et les brimades mais elle s’ennuie et a soif d’apprendre.

En janvier 1858, elle n’y tient plus, elle rentre à Lourdes pour rejoindre sa famille au cachot. C’est le retour à la misère pour elle mais aussi à l’affection de sa famille.

C’est aussi le début de son instruction, elle est scolarisée dans la classe des indigents de l'Hospice tenue par les sœurs de la Charité. A suivre....

 

Episode  2 : Massabielle

http://tdbc.over-blog.com/2016/08/sur-les-pas-de-bernadette-2-massabielle.html

Episode 3 : L'affaire Soubirous

http://tdbc.over-blog.com/2016/08/sur-les-pas-de-bernadette-3-l-affaire-soubirous.html

Statue de Bernadette gardant ses moutons

Statue de Bernadette gardant ses moutons

Rédigé par

Publié dans #Culture

Repost 0
Commenter cet article