La dictée : feuilleton des années 1980

Publié le 18 Juillet 2016

La dictée :  feuilleton des années 1980

Une belle découverte que ce vieux feuilleton en six épisodes des années 80 qui a récompensé Pascale Rocard d’un Sept d’or.

L’histoire commence en 1881 dans la campagne Aveyronnaise près de Rodez.

Une jeune veuve de condition modeste, Maria Messonier souhaite que son fils Louis accède à l’enseignement. Malgré la fougue de sa mère, les pères de la ville n’acceptent pas ce petit paysan qui ne parle que le patois.

Au retour de l’école, Maria et Louis sont surpris par une tempête de neige en pleine forêt, on entend même les loups qui hurlent, ils sont perdus … Le destin heureux leur fait croiser Paulin Labarthe qui rejoint au même moment, dans une carriole couverte, le même village que les Meissonier, il vient s’installer dans une maison dont il a hérité.

Dans la tempête, ils aperçoivent la voiture de leur sauveur

Dans la tempête, ils aperçoivent la voiture de leur sauveur

Paulin est fils d’imprimeur, photographe, ancien communard. Il est surtout bon et instruit et ne se fait guère prier pour entreprendre l’éducation de Louis. Maria effectue des travaux ménagers en échange de l’instruction de son fils.

Une tendre idylle nait bientôt entre Maria et Paulin et le précepteur se prend d’affection pour Louis, devenant un véritable père pour lui en même temps que le compagnon de sa mère.  

Quelques temps plus tard, Louis armé des rudiments indispensables de l’instruction intègre enfin l’école religieuse puis l’école normale des instituteurs. Malgré la rudesse  des conditions de vie de cet internat et les brimades de certains professeurs, il réussit brillement et sort major de sa promotion.

L’école de Jule Ferry, publique, laïque et obligatoire en est encore à ses balbutiements et tout reste à construire pour éduquer et instruire les enfants. Louis malgré sa 1ère place qui lui ouvre de grandes voies, choisit d’enseigner aux plus modestes, aux « comme lui » et rejoint sa première école dans un petit village, non loin de chez ses parents, au Cayrol.

Louis à l'école normale

Louis à l'école normale

D’année en année, il dicte ce texte de Victor Hugo.

Le progrès de l’homme par l’avancement des esprits ; point de salut hors de là. Enseignez ! Apprenez ! Mangez le livre !
Toutes les révolutions de l’esprit sont incluses, amorties dans ces mots :
Instruction Gratuite et Obligatoire. 
Partout où il y a agglomération d’hommes, il doit y avoir, dans un lieu spécial, un explicateur public des grands penseurs.
Nul ne peut savoir la quantité de lumière qui se dégagera de la mise en communication du peuple avec les génies.
L’ignorance est un appétit. Le voisinage de la nature rend l’homme du peuple propre à l’émotion sainte du vrai.
Tous les enseignements sont dus au peuple
 

Une dictée bien compliquée que les enfants rendent remplie de fautes mais dont ils comprennent immédiatement le sens intrinsèque et la volonté de leur maitre à travailler avec eux pour leur avenir.

1ère école de Louis encore en uniforme de l'armée effectuée aprés son école normale

1ère école de Louis encore en uniforme de l'armée effectuée aprés son école normale

Camille une jeune institutrice le rejoint bientôt dans la petite école, ils s’aiment et  ils s’épousent.   

Le travail  scolaire, le secrétariat de mairie, l’amicale laïque occupent tout le temps de ce jeune couple. Louis et Camille dépensent leurs forces, dispensent leur savoir sans compter avec cette volonté sans cesse renouvelée, cette foi, d’ouvrir les esprits de leurs concitoyens, pour donner la chance à chacun de s’élever dans la société.

Camille et Louis Messonier

Camille et Louis Messonier

Après 11 ans de bons et loyaux services, le couple bien peu soutenu par la municipalité et Camille enceinte et à bouts de force déménage à la ville.

Louis prend la direction d’une grande école, Camille malheureusement perd son bébé.

Le temps passe, leurs deux enfants dans leur sillage deviennent maitre et maitresse d’école ….

Pendant cinq épisodes jusqu’à la grande Guerre, l’on suit cette lignée d’instituteurs et les avancées de  l’école de la république.   

Carole dans sa classe des années 80

Carole dans sa classe des années 80

Le 6ème et dernier épisode, nous projette dans les années 1980, Carole l’arrière petite fille de Louis et Camille poursuit le combat de ses ancêtres et revient aux sources dans cette école de campagne du Cayrol. L’école menace de fermée, il n’y a plus qu’une quinzaine d’élèves. Les bâtiments et les mentalités n’ont guère évolués en 100 ans.

Le maire est tout aussi hostile que celui d’autrefois, le poêle trône toujours dans la classe et la maitresse est toujours considérée « à tout faire ».

A son tour  elle regagne la ville pour enseigner dans une classe d’éducation spécialisée. En face d’elles une trentaine de grands gaillards d’origines variées qui pensent surtout à chahuter. Carole parvient à les capter en racontant l’histoire de Louis, ce petit paysan patoisant qui apprit le français et sortit de sa condition par son travail et l’accès à la culture.

Et Carole  lut  ceci : Le progrès de l’homme par l’avancement des esprits, point de salut hors de là…
 

Si votre curiosité a été éveillée, cliquez vite sur le lien ci-dessous :

Rédigé par

Publié dans #Culture

Repost 0
Commenter cet article

michel 03/12/2016 18:35

Bonsoir,

Mon histoire avec ce feuilleton est racontée ici.

http://www.pascalerocard.com/contact/livre-d-or/328-message-de-michel-sirvin-decembre-2015

Merci.

Émérance 22/09/2016 16:44

Bonjour,
C'est un vrai plaisir que de revoir des séries de qualité comme "La dictée" Alors merci
Il y a longtemps que je recherchais cette fameuse phrase de V Hugo sur l'importance du savoir, il me semblait qu'elle était au générique. Je vais revisionner tous les épisodes. Merci encore

22/09/2016 21:47

Bonjour Emérance, c'est cet internaute qu'il faut remercier. SuperMazmi a mis ce feuilleton sur sa chaine Youtube https://www.youtube.com/channel/UCztmY09CR4f4iCFy_U6cZfA.

Merci d'être passé par ce blog que je t’invite à découvrir.
Bonne soirée
Véronique

Michel du 34 16/09/2016 00:12

Bonsoir Véronique et merci d'avoir répondue à mon commentaire.
Il y a aussi des feuilletons comme "Jacou le Croquant","Des Grives aux Loups","Les Maîtres du Pain"où "Les Brigades du Tigre" qui sont très beaux et très intéressants à regarder.
La plupart sont sur Youtube.
A noter que "La Dictée" est passé sur TF1 à l'époque alors que c'était une chaîne "Publique" à ce moment là!
Cordialement
Michel du 34.

16/09/2016 10:07

Oui, j'ai revu des Grives aux loups, les gens de Mogador, Jacquou le Croquant...Je viens de regarder le Champ Dolent.
You tube renferme des trésors grâce aux internautes et avec une petite boite TV/internet, je visionne sur l'écran plat du salon.
Et pour répondre à ton autre message, les traductions des dialogues occitan de la Dictée sont dans le bouquin.
Bonne journée

Escarpins et Marmelade 21/07/2016 10:16

Je ne connaissais pas du tout ce feuilleton, mais effectivement, ça a l'air intéressant! Au début, je croyais que tu allais nous parler de la vraie dictée interactive à laquelle toute ma famille se pliait et qu'il était impossible de réussir sans fautes! Merci de nous faire partager cette découverte!

15/09/2016 21:46

Merci Michel d'avoir mis ce feuilleton en ligne et d'avoir commenté mon article. J'ai vu que tu avais mis le lien de mon blog, c'est très sympa. Ma famille a aussi apprécié ce feuilleton et j'ai lu le bouquin dans la foulée.
J'aime revoir les vieilles séries mais celle ci, je suis sure de l'avoir loupée lorsqu'elle a été diffusée à la TV.
Cordialement
Véronique

Michel du 34 15/09/2016 13:20

Bonjour,
C'est moi qui ai mis ce feuilleton en ligne sur youtube et je suis fier qu'il vous plaise beaucoup.
Je prends autant de plaisir à lire vos commentaires que j'en ai eu lorsque j'ai revu ce feuilleton pour la première fois (je crois) sur DVD.
Je ne me souviens pas si j'ai vu la diffusion TV à l'époque.
Michel.

21/07/2016 12:22

Lol, non ce n'est pas la dictée de Pivot...
Je te conseille vraiment ce feuilleton, toi qui est enseignante, tu devrais apprécier
Bonnes vacances et bon chianti