Le petit chaudronnier

Publié le 6 Mai 2016

Le petit chaudronnier

Lorsque j’étais petite, j’adorais les contes de fées et il y en a un qui m’a particulièrement marqué, c’est le petit chaudronnier de Manie Grégoire.

Voici l’histoire telle qu’elle s’est gravée dans ma mémoire.

Il était une fois une princesse orgueilleuse qui ne trouvait pas à se marier. Un jour en la coiffant avec un peigne d’or, sa servante trouve un pou dans ses longs cheveux. 

Le fait est tellement incroyable, dans cette chevelure lavée chaque jour, que la servante au lieu de tuer le pou le recouvre d’un dé. Et voici que le pou grossit et devient gros comme le dé. Elle le recouvre alors d’une tasse et le pou grossit de la taille d’une tasse et le pou enfle au fur et à mesure que le contenant augmente. On finit par recouvrir l’énorme pou d’une baignoire et il devient une bête gigantesque et effrayante.

Un garde courageux, le tue avec son épée et le roi le fait dépecer et fait accrocher l’étrange peau sur la porte du château. Il déclare alors que celui qui saura dire de qui est cette peau aura sa fille en mariage et la moitié de son royaume. Chaque personne aura droit à trois propositions.

Tous les hommes célibataires du royaume défilent pour tenter leur chance. D’abord, les plus fortunés puis les bourgeois et les paysans. Des beaux, des laids, des vieux, des infirmes…tout le monde veut épouser la  fortune de la princesse.

 Les propositions sont des gros animaux : bœuf, éléphant, rhinocéros, tigre du Bengale…Les mauvaises réponses se succèdent des mois durant et il n’y a bientôt plus un seul homme à la ronde qui n’ai défilé au château.

La peau commence à pourrir et le roi désespère de marier sa fille. L’on s’apprête à  décrocher le pou géant quand vint à passer un petit chaudronnier avec son attelage. Un chaudronnier en haillons, noir et sale qui répare les pots et les casseroles à travers le pays.

On le traine de force devant la porte en bois où la peau se décompose. Le petit chaudronnier propose deux grosses bêtes et la foule rit en disant « déjà dit » et voici qu’il se gratte la tête et propose un pou.

La princesse à sa fenêtre prie pour que ce petit chaudronnier pauvre et crotté ne trouve pas. Mais une promesse est une promesse et le royaume célèbre les noces de la princesse et du chaudronnier qu’on a lavé pour l’occasion.

Après le mariage, le petit chaudronnier déclare à sa femme qu’il n’a pas besoin d’un royaume et que sa vie est sur les chemins. Il lui dit que comme elle est devenue son épouse, elle doit s’apprêter à le suivre.

La princesse à beau se révolter, elle doit troquer ses habits soyeux contre des vêtements de paysanne et prendre la route avec son tout nouveau mari.

Elle devient la petite chaudronnière et de village en village, par mont et par vaux, elle aide son mari, apprend à réparer les marmites ? Ils dorment dans les granges et les prés, gagent juste quelques sous pour subsister.

Peu à peu au fil des routes cabossées, le caractère de la princesse s’adoucit, elle perd de sa superbe et commence à aimer son petit chaudronnier patient et courageux.

Après de longs mois de marche, ils traversent une grande forêt. Ils sont las et crottés et cherche un abri pour la nuit. Au loin ils aperçoivent une lumière puis dix, puis cent. C’est un immense château qui semble désert.

Ils entrent et trouvent un souper tout préparé sur une longue table garnie de candélabres. Bien qu’affamés, ils n’osent pas toucher aux mets encore fumants.

 La princesse finit par goûter une aile de poulet et boit une gorgée de vin tandis que le chaudronnier part à la recherche d’un coin pour se coucher.

Et voici qu’apparait le maitre des lieux paré de mille atours et d’une couronne de diamants. Toute rougissante d’être surprise en ces lieux la jeune femme s’apprête à s’excuser lorsqu’elle reconnait son mari, le chaudronnier, qui en réalité est un prince très riche.

Il explique à sa jeune épouse en larmes qu’elle devait devenir bonne et simple pour mériter de devenir princesse. Ce jour est arrivé !

Ils firent une semaine de fête et régnèrent

de longues années aimés de leurs sujets.

Rédigé par

Publié dans #Culture

Repost 0
Commenter cet article